• Accessibilité : la Députée Fourneyron ne ratifiera pas l'ordonnance en l'Etat !

    Imprimer

    députée Valérie Fourneyron.jpgL'une de nos adhérente du Maine et Loire a interpellé une Députée de Seine Maritime, Valérie Fourneyron, ancienne Ministre du président Hollande, via notre plateforme internet : en 2 clic chacun de nous peut le faire ! Cliquez ici

    La réponse de cette députée PS est pleine d'espoir :

    "Madame,

    Vous m’interpellez au sujet de l’ordonnance qui découle de la loi habilitant le Gouvernement à adopter des mesures par ordonnance pour la mise en accessibilité des établissements recevant du public, des transports publics, des bâtiments d'habitation et de la voirie pour les personnes handicapées. Je vous en remercie. 

    L’accessibilité universelle est un objectif que nous partageons tous. Au même titre que le Gouvernement et les associations,  je déplore le retard pris dans l’application de la loi de 2005. Nous le savons tous aujourd’hui : tous les établissements recevant du public ne seront pas aux normes au 1er janvier 2015. Pendant 10 ans, rien ne s’est fait alors qu’il y a urgence,  car l’accessibilité est un devoir de la République.


    C’est pourquoi, dès 2012, le gouvernement s’est attelé à faire en sorte que la loi 2005 soit appliquée et suivie d'effets.  Nous sommes bien conscients que l’ordonnance telle qu’elle est rédigée aujourd’hui ne respecte pas complètement l’esprit  de la loi que nous avons votée le 10 juillet dernier. Plusieurs députés socialistes, dont le rapporteur de  la loi Christophe Sirugue, député de Saône et Loire, ont fait part de leur étonnement et de leur mécontentement à la Secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion. Un rendez-vous de travail a donc été organisé pour analyser l’ordonnance et revenir sur les points que les députés socialistes n’acceptent pas.


    L’accessibilité est une question d’égalité, c’est une exigence que nous devons avoir vis-à-vis de tous.

    Je sais ce que représente un parcours compliqué, l’impossibilité d’entrer dans une gare, de se déplacer dans les transports publics ou d’accéder à une mairie, un musée ou un commerce. Soyez assuré que nous restons mobilisés pour les personnes qui souffrent d’une mobilité réduite. Nous ne ratifierons pas l’ordonnance en l’état et le travail engagé avec la Secrétaire d’Etat et son cabinet va permettre, j’en suis convaincue, de revenir sur les points problématiques soulevés.

    Espérant avoir répondu à vos craintes, je vous prie de croire, Madame, à l’expression de mes sincères salutations.
     
    Valérie FOURNEYRON
    Ancienne Ministre
    Députée de la 1ère circonscription de Seine-Maritime
    Fixe : 01.40.63.31.59

  • La ville de Saumur propose des rencontres "Parlons-en " pour les parents

    Imprimer

    "Parlons-en" : des rendez-vous pour les parents souhaitant parler d'éducation.

    Retrouver en cliquant ici la programmation des rencontres "Parlons-en " pour le mois de mars 2015.

    Les objectifs de ces rencontres : Permettre aux parents,

    - d'être écoutés dans leurs questionnements ou leurs difficultés,

    - de pouvoir s'exprimer sans jugement,

    - de se questionner sur leurs rôles de parents, afin de favoriser le bien être dans la relation enfants – parents,

    - d'être accompagnés dans un climat bienveillant et respectueux de leurs valeurs éducatives,

    - d'être valorisés dans leurs compétences parentales,

    - de pouvoir partager leurs expériences et leurs réflexions,

    - de rompre avec un certain isolement,

    - de créer du lien.

    Ces rencontres sont, à présent, proposées aussi le samedi matin mais restent toujours,

    - à destination des futurs parents et des parents de jeunes enfants (naissance à 6 ans)

    - dans les locaux de la Maison des Petits Pas,

    - en libre accès (pas d'inscription) et gratuites.

  • MDPH-MDA : demander la PCH en urgence avec réponse sous 15 jours, c'est possible !

    Imprimer

    faites valoir droits.jpgIl est possible de demander la PCH (Prestation de Compensation du Handicap) en urgence : la décision sera prise sous quinze jours par le Président du conseil général. Le montant attribué sera provisoire. La demande doit être déposée à la MDPH qui la transmet sans délai au président du conseil général. Elle doit comporter la nature de l'aide, le montant prévisible et les documents justifiant du caractère urgent de la demande.

     La situation est considérée comme urgente lorsque les délais pour l'instruction et la décision sont susceptibles soit de compromettre le maintien ou le retour à domicile de la personne handicapée ou son maintien dans l'emploi, soit de l'amener à supporter des frais conséquents pour elle et qui ne peuvent être différés.

    Pour lire la note juridique de l'APF sur la PCH, cliquez ici
    (PCH en urgence page 39)

    A noter que cette disposition a été prévue par le législateur et peut faire l'objet de condamnation en cas de non respect : le Tribunal Administratif de Toulouse a condamné le Conseil Général de Toulouse à verser 1 000 € à une usagère de la MDPH pour "préjudice moral". (voir ici)

  • Superbe SLAM de Nicolas à l'occasion des 10 ans de la loi...

    Imprimer

    Encore une manifestation

    Pour défendre notre liberté

    On le martèle avec passion

    Accédez c’est exister

     

    On est encore dans ce combat

    Pour que notre vie soit plus facile

    Il paraitrait qu’il y a des lois

    Pour faire plier ces imbéciles

     

    On se rend compte encore une fois

    Que le chemin sera bien long

    Parce qu’ils nous sortent des agendas

    Ils nous prennent vraiment pour des cons

    Lire la suite